Nous sommes dimanche 24 Septembre 2017

Essai Toyota Yaris

Toyota Yaris

Toyota démocratise enfin sa coûteuse technologie hybride. Au menu de cette abordable Yaris : une grande douceur et des consommations au plancher.

Les plus

c’est en ville que la technologie hybride se justifie pleinement, là où une voiture consomme le plus. D’où l’intérêt de cette Yaris, première petite hybride Toyota. Contact, moteur ! Aucun bruit à bord, hormis un petit clic-clic émanant du capot. Il suffit d’effleurer la pédale d’accélérateur pour que la Yaris s’envole, façon tapis volant, jusqu’au premier feu rouge, ou elle s’immobilise dans un même silence. Comme ses sœurs, cette hybride peut en effet décoller à l’électrique sur une distance maximale de 2km.

Effet déstressant garanti : le pire des embouteillages se transforme en séance de yoga. Dès que le pied droit se fait plus pressant, le petit 4-cylindres essence se met à son tour en marche, de manière totalement transparente pour le conducteur, qui peut contrôler les flux d’énergie sur l’écran central.

Sur route, ce 1.5 litre fonctionne presque tout le temps. Mais au moindre lever de pied, il se coupe instantanément et le moteur électrique se transforme en générateur afin de recharger les batteries Ni-MH.

A l’aise sur tous les types de parcours, cette Yaris offre des performances largement suffisantes, avec une puissance cumulée de 100ch et un couple de 169 Nm disponible dès le ralenti-moteur électrique oblige.
Côté consommation, notre Yaris nous a crédité d’une moyenne de 4,4 litres aux 100km, sur un parcours mixte de 160km mêlant ville, route et autoroute, le tout sans avoir enclenché le mode « éco » qui lisse les montées en régime et optimise le fonctionnement de la climatisation. Chiffre qui tombe facilement aux alentours de 3,5 litres pied droit léger.

Imbattable ! Quant aux émissions officielles, elles sont de 79g CO2/km (3,51/100km) en jantes de 15 » et de 85g CO2 (3,71/100km) en jantes de 16 ». Pour le reste, cette Yaris se conduit comme une… Yaris automatique.

Peu encombrante, agile et maniable, elle se révèle même légèrement plus confortable que ses sœurs thermiques en raison d’un amortissement revu tenant compte d’un poids de 80kg supérieur à celui d’une Yaris 100VVT-i.

Les moins

Il n’y a guère que la transmission à variation continue qui, comme sur les autres modèles hybrides, a tendance à faire mouliner bruyamment le moteur essence en cas de forte accélération. Pour y remédier, il suffit de soulager la pédale des gaz. Autre petit reproche, un relatif manque de mordant des freins, obligeant parfois à augmenter la pression sur la pédale. Enfin, si l’espace aux jambes a été préservé à l’arrière, le compartiment des batteries dépasse de la banquette, limitant d’autant la place dévolue aux pieds des passagers.

On aime

  • Consommation
  • Agrément de conduite
  • Confort
  • Tarifs

On déteste

  • Transmission bruyante
  • Sensation freinage

Recherche

lettre d'information

Abonnez-vous à notre lettre d'informations et restez informés de l'actualité automobile

Annonces par marques

  • Audi
  • BMW
  • Citroen
  • Fiat
  • Ford
  • Honda
  • Jaguar
  • Kia
  • Mercedes-Benz
  • Mitsubishi
  • Nissan
  • Opel
  • Peugeot
  • Renault
  • Toyota
  • Volkswagen