Nous sommes lundi 20 Novembre 2017

Essai Volkswagen CC Carat Edition 2.0 TDI

Volkswagen CC Carat Edition 2.0 TDI

CC comme Comfort Coupé

La Volkswagen Passat CC est apparue en 2008. Aujourd’hui, elle a droit à un restylage et change pour l’occasion de nom. De Passat CC, elle devient CC tout court. Le marketing Volkswagen tente ainsi de placer ce modèle entre la Passat et la prestigieuse Phaëton.
Bon, mais au fait, c’est quoi, une Passat CC ? Pardon, une CC ? Non, il ne s’agit pas d’un coupé cabriolet. Les lettres CC signifient ici Comfort Coupé car oui, il s’agit de ce qu’on appelle un coupé 4, mais portes. Un segment initié en 2004 par Mercedes et sa CLS. On part d’une berline, on l’abaisse, on rend la ligne plus élégante mais on garde le même nombre de portes. Vous avez saisi le concept ?
A l’extérieur, les changements entre la Passat CC et la CC tout court sont assez nombreux à l’avant : nouvelle calandre, nouveau bouclier, feux avant redessinés, capot plus lisse. Ça fait déjà pas mal. A l’arrière, ce dont surtout les feux qui évoluent : ils sont désormais horizontaux et intègrent des feux à led.

Equipement high-tech

A l’intérieur, pas de gros changement. Il faut dire que l’habitacle avait déjà été remanié fin 2011. Par rapport à la première génération de Passat CC, la plus grosse évolution vient de l’horloge centrale, plus chic. Le reste est déjà connu en termes de dessin de la planche de bord, de matériaux ou d’agencement des commandes. Même l’intérieur bi-ton était déjà présent : la seule évolution vient de nouvelles harmonies proposées. En 2008, la Passat CC était novatrice avec tout un tas d’assistances au conducteur comme le Lane Assist, qui corrige tout seul la trajectoire en cas de sortie de voie de circulation.
Pour son restylage, Volkswagen ajoute des phares adaptatifs qui vous permettent de rester en permanence en pleins phares sans éblouir qui que ce soit, ou un avertisseur d’angle mort couplé au fameux Lane assist. Bref, du high-tech en veux-tu en voilà, mais on s’étonne presque de ne pas trouver d’affichage tête haute, même en option, ou une simple caméra de recul en série.

4 ou 5 places au choix

A l’arrière, petite subtilité : la première Passat CC était une 4 places, comme un coupé. Plus tard, il est devenu possible d’obtenir une 5e place en option. La nouvelle CC est par défaut une 5 places, mais vous pouvez choisir de n’avoir que deux places à l’arrière en option gratuite.
Du côté du coffre, la nouveauté vient de la possibilité, comme sur les Passat, d’ouvrir le coffre sans les mains, sans même actionner une quelconque clé, juste en passant le pied sous le bouclier. Pratique quand on a les mains pleines. En plus le coffre est généreux en volume grâce à une grande profondeur.

Rien de nouveau sous le capot

Sous le capot, nous avons eu droit au 2.0 TDI 170 ch, soit le diesel le plus puissant de la gamme. Une gamme qui reprend les blocs de la précédente génération, y compris le 1.8 TSI 160 en essence et le V6 FSi de 300 ch en haut de gamme, ce dernier n’étant disponible qu’en fin d’année. C’est parti !
Voix embarquée « comme vous avez pu le voir, l’essentiel des changements sur cette nouvelle CC vient de l’extérieur. Dans l’habitacle, les changements viennent des nouveaux équipements avec tout un tas d’assistances à la conduite. Mais au volant, pas grand-chose à signaler. On retrouve par exemple la suspension pilotée qui était déjà présente auparavant, avec laquelle on sent une réelle différence entre les modes sport et confort. Mais à part ça, très peu de changement à signaler ».

Insonorisation en hausse ?

Volkswagen nous annonce avoir beaucoup travaillé sur l’insonorisation. Soit. Mais l’ancienne Passat CC n’était pas particulièrement bruyante. Et la nouvelle est certes silencieuse sur autoroute, à part quelques bruits aérodynamiques, mais on entend toujours trop le moteur à haut régime.
A part ça, notre voiture était assez dynamique et savait également se montrer confortable sur route en fonction de la position de la suspension pilotée. Mais les roues de 18 pouces l’empêchent de rester moelleuse à basse vitesse. Toujours un bon point pour la boîte DSG dont nous disposions également.

Le moins cher des coupés 4 portes

Pour finir, parlons budget. D’abord question consommations, la CC fait exactement les même scores que la Passat CC. Elle se fait donc assez largement distancer par une Série 3 ou une A5 sportback à motorisation équivalente. Côté tarif, la nouvelle CC coûte entre 2000 et 2500 € de plus que la précédente Passat CC, mais offre en contrepartie beaucoup d’équipements supplémentaires. Conformément au positionnement voulu plus exclusif de la CC, celle-ci est en tous cas plus chère que la Passat « normale », mais encore une fois avec un équipement plus généreux.
Au final, on reste un peu sur notre faim à l’occasion de ce restylage : on aurait aimé un peu plus d’évolution à l’intérieur, qui commence à dater, et quelques progrès sur le plan technique, par exemple en consommations. Il n’empêche, cette CC reste l’une des rares berlines/coupés ou coupé 4 portes du marché, et c’est le plus abordable.

Recherche

lettre d'information

Abonnez-vous à notre lettre d'informations et restez informés de l'actualité automobile

Annonces par marques

  • Audi
  • BMW
  • Citroen
  • Fiat
  • Ford
  • Honda
  • Jaguar
  • Kia
  • Mercedes-Benz
  • Mitsubishi
  • Nissan
  • Opel
  • Peugeot
  • Renault
  • Toyota
  • Volkswagen